• De nombreux collègues me demandent régulièrement comment je m'y prends pour ne pas être débordée par tout ce qui nous est demandé. Entre la répartition des apprentissages sur l'année, la préparation de la classe chaque semaine, la mise en place de projets et la gestion de la classe on peut vite être perdu et ne plus savoir où donner de la tête.

    Ce que je vous propose ici n'est en aucun cas un guide à suivre à la lettre mais une possibilité de fonctionnement qui me convient personnellement.

    Je tiens également à préciser que j'ai maintenant presque 10 ans d'ancienneté (déjà !!!) et que j'ai principalement eu à gérer des élèves de niveau CYCLE 2 (que ce soit dans l'ordinaire ou le spécialisé). 

     

    Comment s'organiser pour ne pas être (trop) débordé.e ?

     

    Il existe, selon moi, plusieurs niveaux de préparation à prendre en compte et qui peuvent permettre de rester organisé.e et d'éviter autant que possible le "burn-out".

     

    Avant la rentrée : 

    Je profite des grandes vacances et de ces deux mois "off" pour réaliser les plus gros travaux qui seraient impossibles à construire durant l'année scolaire. Il s'agit donc de créer un fil rouge qui servira de guide tout au long de l'année et qui permettra de gagner un temps précieux par la suite. 

    • Les programmations annuelles :  Elles concernent l'ensemble des domaines (Langage Oral, Lecture/Littérature, Ecriture/Production écrite, Etude de la langue, Mathématiques, Questionner le monde, Enseignements artistiques, Langue Vivante, EPS et EMC). 

    Elles me permettent de réaliser une première répartition des différentes compétences qui seront travaillées tout au long de l'année, au travers des 5 périodes. Pour chaque programmation, une seconde page permet de mieux voir et comprendre le lien entre ces compétences et le socle commun. 

    Comment s'organiser pour ne pas être (trop) débordé.e ?  Comment s'organiser pour ne pas être (trop) débordé.e ?

    • Les progressions de la période 1 : Une fois les programmations annuelles réalisées, je regarde les compétences choisies pour la première période et je les détaille sur les 7 premières semaines. Une même compétence peut être travaillée tout au long des 7 semaines (ce qui est souvent le cas en Langage oral) ou pendant 1 à 2 semaines (en Etude de la Langue par exemple). 

    Comment s'organiser pour ne pas être (trop) débordé.e ?

    • Les listes de compétences : Elles sont reprises dans des listes afin de pouvoir être réutilisées dans différents documents comme les exercices de validation, le cahier de réussite ou le fichier de progrès. Il existe deux versions de ces compétences : une version "enseignant" et une version "parents/élèves" plus simplifiée

    Comment s'organiser pour ne pas être (trop) débordé.e ?

    • Les projets annuels : Outre la création de documents officiels, les grandes vacances sont également le moment de réfléchir à l'organisation des plus gros projets qui rythmeront toute ou une partie de l'année. Pour ma part, j'ai décidé de ma lancer dans deux projets liant lecture et écriture.

    Durant les deux premières périodes, mes élèves ont créé une histoire à partir de l'album "Histoire à écrire" des P'tites poules.

    Ensuite, d'Octobre à Avril/Mai, ils bénéficieront d'une correspondance avec différents personnages venant d'un monde imaginaire grâce à Epopia. 

       Comment s'organiser pour ne pas être (trop) débordé.e ?   

     

    Mes lectures Mes lectures

     

    • Faire le point : Il peut aussi être très utile de voir ce que vous avez en terme de matériel qui correspondrait à votre futur niveau de classe (jeux achetés ou plastifiés) et d'y faire un gros tri.

    Par la suite, vous pourrez alors vous lancer dans la plastification et le découpage de nouvelles activités si besoin. 

     

     

    Durant les "petites" vacances : 

    • Progressions de la période à venir : Tout comme durant les grandes vacances, c'est une des premières choses que j'essaie de boucler. C'est aussi l'occasion de faire le point sur l'avancement des apprentissages et de voir ce qui a été fait ... ou pas.

    Aussi, il arrive très souvent que les progressions des périodes 2 à 5 ne correspondent plus à ce que j'avais prévu. La plupart du temps, certains événements font que je suis obligée de reprendre certaines compétences des périodes précédentes pour les terminer ou, fait beaucoup plus rare, d'enlever certaines compétences de la période suivante car les élèves ont été demandeurs et nous avons pu avancer plus vite (c'est le cas cette année en Numération). 

     

    • Séquence et fiches de préparation absolument nécessaires : C'est une partie que je ne développe plus beaucoup ces dernières années puisque cela fait maintenant plusieurs années que j'ai le même niveau de classe. Néanmoins, pour de nouvelles séquences ou sur lesquelles je bloque encore, cela peut arriver (en sport, en sciences par exemple).

     

    • Mise au point sur les projets en cours / Réflexion et construction des projets à venir : Pour de gros projets annuels, cela permet de faire le bilan et de se rendre compte si les objectifs visés avant la rentrée sont toujours tenables. En effet, il est facile de construire de beaux projets durant les vacances d'été mais ça l'est beaucoup moins de s'y tenir une fois le mois de Septembre entamé ... 

    Des projets plus courts peuvent venir ponctuer l'année et ne durer qu'une période. C'est à ce moment-là qu'il faudrait les finaliser (axes de travail, matériel à acheter ou construire, etc.).

     

    • Préparation de certains documents :  Pour éviter d'être surchargé.e de préparatifs durant les périodes, je réalise un maximum de fiches durant les vacances. C'est le cas cette année pour les fiches sons (inspirées largement de Bout de Gomme et Lutin Bazar) ainsi que les fiches artistes pour mon projet d'écoute musicale.

    Comment s'organiser pour ne pas être (trop) débordé.e ?     Comment s'organiser pour ne pas être (trop) débordé.e ?

     

    • Anticiper la semaine de rentrée :  Je ne sais pas pour vous mais, en ce qui me concerne, j'ai beaucoup de mal à me remettre dans le bain lorsqu'il s'agit de préparer la 1ère semaine qui succède deux longues semaines de vacances. Je ne sais plus où j'en suis dans les apprentissages, dans les activités que je dois proposer en autonomie. Bref, c'est un peu le bazar ... 

    Pour éviter cela, j'essaye autant que possible de préparer cette semaine de rentrée durant la dernière semaine de la période précédente. C'est assez simple en fait : je fais comme si il n'y avait pas de vacances et que la semaine suivante était travaillée. 

     

     

    Chaque semaine : 

    Si tout le travail décrit précédemment a pu être réalisé, la préparation hebdomadaire sera beaucoup plus facile. De plus, pour ne plus être surchargée de travail le week-end (et pouvoir profiter de mes amis et de ma famille ... ou tout simplement ne rien faire ...), je prépare ma semaine de travail la semaine précédente.

    Voici comment j'ai choisi de répartir les préparatifs cette année. Je n'ai rien mis le mercredi afin de pouvoir souffler, décaler une préparation à cause d'un imprévu ou réaliser des nouveaux projets (pro ou perso) : 

     

    • Lundi : Cahier journal de la semaine suivante.

    Jusqu'à maintenant, j'utilisais Edumoov et je le fais encore pour préparer des séances types. Cependant, pour le cahier journal quotidien, j'ai créé une trame dont je vous mets le lien. Chaque journée est "détaillée" sur une feuille A5. Elle me sert d'aide mémoire et de trame pour préparer les centres de la semaine suivante. 

     Edumoov   Comment s'organiser pour ne pas être (trop) débordé.e ?

     Télécharger « Cahier journal _ trame.doc »

     

    • Mardi : Documents de la semaine suivante.

    Une fois la trame de mon cahier journal terminée, je prépare, dans un dossier spécifique de mon ordinateur, l'ensemble des documents dont j'aurai besoin dans la semaine (fiches de travail, étiquettes de manipulation, matériel spécifique, fiches de Calcul Fluence). 

     

    • Jeudi : Plan de travail individuel et collectif + fiche de suivi.

     Je ne détaillerai pas grand chose ici puisque vous pouvez trouver toutes les informations dans un autre article du blog.  

    (cliquez sur l'image pour y accéder)

     

    • Vendredi : Si tout s'est bien passé durant la semaine, et que je n'ai pas eu trop d'imprévus, je profite du vendredi pour finaliser quelques travaux, imprimer les documents importants (cahier journal, plan de travail, fiche de suivi) ainsi que le matériel pour les centres d'autonomie

     

    • Les corrections : La pause de midi dure deux heures : j'ai donc le temps de manger et de me lancer dans des corrections (centres d'autonomie et cahier de réussite). Etant donné que les activités sont réparties sur la semaine grâce aux centres d'autonomie, les corrections durent au maximum 1h. 

    Je ne prends jamais de cahiers à la maison. Les seuls travaux que je ramène régulièrement sont les grosses productions écrites ou les projets qui prennent beaucoup plus de temps à corriger. 

     

    J'espère que ces quelques indications pourront vous servir dans votre organisation. N'hésitez pas à me faire part de votre fonctionnement. C'est toujours intéressant de voir comment d'autres personnes font et surtout il y a sûrement plein de choses auxquelles je n'ai même pas pensé ! 

     


    4 commentaires
  • Il y quelques semaines, j'ai eu la chance de participer à une formation pendant deux jours afin de préparer au mieux l'admissibilité au CAFIPEMF.

    Au-delà des outils qui nous ont été apportés et de ce temps de réflexion (parce que oui, c'est quand même plus facile de réfléchir à ce rapport d'activité sans avoir la tête plongée dans les préparatifs pour la classe et la gestion au quotidien).

     

    Plusieurs d'entre vous m'ont néanmoins fait part de leur déception de ne pas avoir ce genre de formation dans leurs académies. J'ai donc essayé de reprendre l'ensemble de mes notes pour les rassembler dans un document synthétique qui, je l'espère, permettra aux collègues qui doivent rédiger le rapport d'activité d'y voir plus clair !

     

    Le rapport d’activité et l’admissibilité au CAFIPEMF

    Télécharger « L'admissibilité et le rapport d'activité.pdf »

     

     


    2 commentaires
  • Pour ceux qui, comme moi, ce sont lancés ou réfléchissent à l'idée de devenir EMF (Enseignant Maître Formateur) ou CPC (Conseiller Pédagogique de Circonscription) voici les premiers documents dont il faut avoir connaissance pour mieux connaître ce nouveau métier et les attentes qui se cachent derrière. 

     

    • La circulaire des missions de formateur - octobre 2016 :

    Documents de références pour le CAFIPEMF

    http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=107464

     

    • L'organisation du certificat aux fonctions d'instituteur ou de professeur des écoles maître formateur : 

    Documents de références pour le CAFIPEMF

     http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=91552

     

    Documents de références pour le CAFIPEMF

    http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=91551

     

    • Le référentiel de compétences professionnelles - Synthèse des compétences du candidat (CAFFA - CAFIPEMF : 

    Documents de références pour le CAFIPEMF

    http://cache.media.eduscol.education.fr/file/30/30/3/perso4093_annexe1_452303.pdf

     

    • La synthèse des compétences du candidat (CAFFA - CAFIPEMF) : 

     Documents de références pour le CAFIPEMF

     

    http://cache.media.eduscol.education.fr/file/30/26/8/perso4093_annexe2_452268.pdf

     

     


    1 commentaire
  • Le lundi 09/07 j'ai eu la chance, avec d'autres collègues blogueuses, de découvrir les locaux des Editions Retz à Paris et de rencontrer plusieurs auteur.e.s ayant déjà publié un ou plusieurs ouvrages.  Ce fut un grand moment de partage et je vais essayer de vous en présenter ici les grandes lignes. 

    Parmi ces nouvelles découvert, Emile Le Menn, un jeune enseignant, tout juste diplômé, a décidé de réaliser un "Tour du monde des pédagogies alternatives" afin de mieux connaître et comprendre les enjeux d'un apprentissage différent et au plus près des besoins réels des élèves

     Rencontres avec les auteurs de RETZ  Emile Le Menn – Le tour du monde des pédagogies alternatives

     

    Cet ouvrage, découpé en deux parties, décrit les principales pédagogies utilisées dans les classes françaises ainsi que la mise en pratique de ces méthodes (entre autres) dans de nombreux pays à travers le monde.

     

    Les grandes pédagogies : 

     ·         Ecoles Steiner (Allemagne) :

    o   Les 1ères ont été fondées sur des usines.

    o   Activités classiques (académiques), manuelles et artistiques ; contact avec la nature, les expériences réelles et la pédagogie de progrès (concert, spectacle).

    o   Point négatif : ultra-transmissif, en rangées ; quelques notes mais pas de moyennes, pas de filières (tout le monde fait la même chose).

     

    ·         Ecoles Montessori :

    o   Les élèves avancent à leur rythme ; activités sensorielles avec du matériel spécifique ; 15 élèves pour 1 adulte ; les élèves travaillent seuls ou à deux.

    o   Point négatif : les activités sont très académiques, réduits pour les arts et le sport. Les élèves sont libres de choisir mais doivent réaliser ce qui est demandé pour chaque activité (où est la place de l’imaginaire).

     

    ·         Ecole Freinet :

    o   Construire « un monde meilleur ».

    o   Faire sortir les élèves de la classe, plan de travail, quoi de 9, coopérative, conseil de classe, texte libre, etc.

     

    ·         Finlande :

    o   Place importante du numérique (utilisation des tablettes pour rendre les élèves autonomes et pouvant réaliser des projets).

    o   Utilisation d’animaux (chiens) et travail autour de la gestion des émotions.

    o   Devoirs.

    o   Décloisonnement : plus de matières ou de notes (en cours).

     

    ·         Ecoles démocratiques : mix de Tolstoï et Korczak  / Nouvelle-Zélande :

    o   Tolstoï : permettre à tout le monde d’accéder à la même culture, les élèves travaillent sur ce qu’ils aiment (liberté de projet).

    o   Korczak : création du parlement des enfants.

    o   Discussion : enfants calmes et posés autour des règles (démocratie directe = pratique quotidienne).

    o   Pas de salle de classe mais d’arts, de musique : ce sont les élèves qui choisissent.

    o   Les programmes nationaux sont très vagues, pas de socle.

     

    ·         Autres écoles (Etats-Unis) :

    o   Les élèves apprennent ce qu’ils veulent quand ils le veulent (l’adulte n’a pas  son mot à dire).

    o   Implication possible des parents dans l’école.

    o   Travail sur me vivre ensemble à travers le sport, le théâtre, les projets environnementaux individuels ou collectifs (non imposés par l’enseignant).

    o   L’objectif est d’essayer de nouvelles choses et de voir ensuite si ça leur plait. 

    o   Faire beaucoup écrire les élèves (bon niveau en lecture et en écriture).

     

     

    Les idées pour une école autrement : 

    1. La liberté d'apprentissage
    2. Le respect du rythme de chacun
    3. L'aménagement de l'école pour favoriser l'autonomie
    4. L'utilisation des tablettes au service de l'autonomie
    5. Le travail en co-enseignement
    6. Un système sans notes
    7. Des temps quotidiens de lecture libre
    8. L'exposition des élèves à une infinité de discipline
    9. L'implication des parents
    10. L'implication des intervenants
    11. L'apprentissage de langues étrangères le plus tôt possible
    12. L'entraide
    13. Les classes multi-niveaux
    14. Les projets de groupe
    15. Le développement de compétences sociales
    16. La lutte contre le harcèlement
    17. La pédagogie assistée par les animaux
    18. Le lien entre les enfants et la nature
    19. Le respect des besoins en activité physique
    20. La gestion démocratique
    21. La gestion collégiale 

     

    Emile Le Menn – Le tour du monde des pédagogies alternatives

     

     

    Vous trouverez également sur son site les origines du projet et les détails de ce voyage à la découverte des pédagogies alternatives pour enseigner autrement. 

    Projet

     

    En complément du livre d'Emile Le Menn, je vous conseille également la lecture du "Guide des pédagogies alternatives" qui regroupe de nombreuses mouvements pédagogiques (Froebel, Montessori, Regio, Steiner, Freinet, Decroly, Mason, Pikler, La Garanderie, Neil, Stern) et présente leurs origines, leurs groupes principes ainsi que des activités pouvant être mises en place à l'école ou à la maison. 

    Emile Le Menn – Le tour du monde des pédagogies alternatives


    2 commentaires
  • Rencontres avec les auteurs de RETZ

    • Antoine Fetet : 

    Rencontres avec les auteurs de RETZ

     - CLEO CP au CM2 : 

    Rencontres avec les auteurs de RETZ  Rencontres avec les auteurs de RETZ  Rencontres avec les auteurs de RETZ  Rencontres avec les auteurs de RETZ  Rencontres avec les auteurs de RETZ 

    ·         Principes de base :

    o   En accord avec les Nouveaux Programmes 2016.

    o   Est sur la même organisation que « J’apprends les mathématiques » de Brissiaud.

    o   Partir du bagage langagier, c’est-à-dire de ce que les élèves sont capables de produire pour ensuite aller vers la linguistique.

     o   Proposer des formats d’activités similaires (type de consigne, calibrage des exercices) pour permettre la réussite de tous. Les performances témoignent alors de compétences acquises.

    Place de la différenciation et de la personnalisation :

    o   Utilisation du contexte (phrases cohérentes qui ont du sens entre elles, qui forment un texte cohérent) ; aspect plus ludique et motivant.

    o   Attention à ne pas creuser les écarts en proposant des activités différentes, plus simples (voir Sylvain Connac et le problème de l’externalisation).

    o   Proposition d’une base commune pour tous : les mêmes exercices mais avec des outils différents. 

    o   Pour les élèves en difficulté, travailler à un niveau heuristique (raisonnement qui s'applique sur des similitudes) ; automatisation avec installation de schémas de type « Déterminant-Nom-Verbe / terminaisons s-s-nt » ; développer une sensibilité.

     

     - Répertoire orthographique (C2/3) :

    Rencontres avec les auteurs de RETZ     Rencontres avec les auteurs de RETZ 

    Présente des entrées différentes qu’un dictionnaire classique mais propose une classification par thématique, ce qui est encore différent de l’outil « Eureka » qui lui fournit une entrée  par le codage phonétique.

     

     - CLEO GS : 

    Ouvrage à venir ...

    o   Cartes contenant des mots référents contenant les 3 écritures (majuscules, minuscules script et cursive) avec déjà une catégorisation en nature de mots (bandeau de couleur) ainsi qu’une distinction des syllabes dans le mot (représentation par rectangles de couleur). 

    o   Axer sur les syllabes en premier car le travail des phonèmes est beaucoup plus complexe.

    ·  

    Blog

     

     

    • Alexandra Brunbrouck – Révéler le potentiel de tous :  

      Rencontres avec les auteurs de RETZ    Rencontres avec les auteurs de RETZ

       o   Répertoire des comportements (physique, langagier) pour faciliter l’analyse et proposer des outils.

      o   Accepter le lâcher-prise et une réelle authenticité avec les élèves.

      o   Transformation de la culture scolaire et du statut de l’enseignant.

      o   Automatismes de bienveillance.

      o   Donner des choix et des libertés mais à condition que cela serve leurs apprentissages, que cela leur soit utile : IL FAUT LEUR FAIRE CONFIANCE.

       

      o   Cartes à émotions : « Etats émotionnels » de la classe, à afficher dans la classe avec les étiquettes des prénoms.

      o   Travail sur les émotions ; expliquer qu’elles sont liées à des besoins.

      o   CNV = Communication Non Violente ; la girafe et le chacal ; être à l’écoute de nos besoins et de nos émotions (différent d’être égoïste) : « Cessez d’être gentil, soyez vrai ».

      o   En début d’année, parler de ses besoins d’enseignants, de ses objectifs ; identifier clairement les règles et les expliciter.

       

    Site

     

     

    • Danielle Adad – L’évaluation positive : 

      Rencontres avec les auteurs de RETZ   Rencontres avec les auteurs de RETZ

      o   On parle, dans les Programmes, d’autoévaluation et de coévaluation, ce qui sous-entend une évaluation positive.

      o   Problème général : pas de notion de parcours dans l’évaluation sommative ; dans le LSU, pas de notion de progression, peu clair pour les parents et l’enfant (trop global).

      o   L’album de réussite permet d’apercevoir ces progrès grâce aux parcours à étapes et aux critères de réussite concrets qui permettent aux élèves de se mettre en projet.

      o   Importance de présentation, de lecture et de compréhension des objectifs + travail autour de la catégorisation des compétences et des domaines pour une meilleure connaissance de l’élève.

      o   Ne veut pas dire « tout va bien » mais je suis conscient de ce que je sais ou pas encore.

       

      o   Proposer une même activité à différents moments de l’année (au début et à la fin, voire tous les mois) en Production écrite, en Fluence, en Ecriture ou Résolution de problèmes.

      o   Accepter les productions des élèves qui attestent d’un progrès sans y apporter de correction (éléments manquants).

      o   L’élève doit être concerné par l’évaluation et voir un sentiment de compétence.

      o   Questionnement sur le degré d’exigence : dépend du nombre d’entraînements réalisés et de la similitude ou pas des différentes évaluations.

      o   Les résultats chiffrés peuvent se révéler utiles : scores pour les mots de dictée ou lus par minutes.

        

    Site


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique